Site officiel

La revue de presse

 Les Pendrillons répètent leur prochaine comédie

Vendredi soir, les huit acteurs de la troupe  Les Pendrillons étaient réunis pour une nouvelle répétition dans des décors nouvellement terminés.

À la monnaie du pape, tel est le titre de leur nouvelle pièce, une comédie en quatre actes de Louis Velle, d’une durée de plus de deux heures.

Autour de René Voisin, le rassembleur, il y a Jean-Louis Carré, Gérard et Marie Talbot, Elodie Goudal, Céline Wallerand, Nicolas Chapron et une nouvelle recrue Serge Garnier.

Forte de son succès pour sa première tournée sur les planches en 2017, la troupe théâtrale de l’Entente Sénonaire sportive et culturelle (ESSC), la troupe de Pendrillons, est donc prête à renouveler une nouvelle saison avec cette comédie où le rire sera omniprésent, avec maintes situations cocasses et quiproquos désopilants.

Samedi 24 mars, à 20 h 30, dimanche 25 mars, à 14 h 30, à la salle des loisirs. Samedi 7 avril, à 20 h 30, dimanche 8 avril, à 14 h 30, à la salle des fêtes de Vieux-Vy-sur-Couesnon.

 

 

Le conseil municipal des jeunes a élu son maire

Corentine Le Tinnier devient la première maire du premier conseil municipal des jeunes. Ceinte de son écharpe tricolore, elle devra relayer les souhaits de ses camarades.

L’initiative

Vendredi soir, les onze jeunes élus se sont réunis avec leur équipe d’accompagnement, dont Sonia Porcher, coordinatrice, pour élire leur maire.

Après un tour de table, orchestré par Yves Colombel, maire, chacune et chacun a pu s’exprimer pour émettre ses desiderata. Quelles étaient leurs motivations ? Pourquoi s’engageaient-ils ? Quels seraient leurs projets durant leur mandat ?

Des réponses variées portant sur la découverte de la mairie et son fonctionnement, rencontrer des élus, le contact avec d’autres, la solidarité, représenter les jeunes de la commune, agir sur l’enfance et le CCAS, sur le site internet et monter des projets.

Après l’expression des idées, le vote a désigné Corentine qui a recueilli les voix nécessaires à son élection : 3 voix, contre 2 pour Nolan Carré et 2 pour Azy-Eline Clolus, les autres candidats ayant recueilli 1 voix.

Corentine a 10 ans, et est en CM1 à l’école Saint Jean Bosco. D’un tempérament joyeux, s’exprimant bien, Corentine a beaucoup d’amis et se dit très émue et fière d’avoir été élue. Yves Colombel lui a remis l’écharpe tricolore, symbole dela fonction.

Conseil des jeunes, mode d’emploi

Yves Colombel a proposé : « Dans un premier temps, vous viendrez vous présenter lors de la séance du conseil du mardi 6 mars prochain, et restez un peu, voir comment cela se passe pour les grands ! Ensuite il faut recueillir vos souhaits et ceux de vos camarades. C’est une affaire d’enfants et non d’adultes. Vous aurez trois ou quatre réunions par an pour vous exprimer, définir les projets, et les soumettre aux conseillers municipaux. »                                                     Publié le 

 

« Il faut aider les jeunes migrants, c’est normal »

24 mineurs, encadrés d’éducateurs vont être hébergés dans l’ancienne gendarmerie. Conseil départemental et mairie travaillent ensemble pour une arrivée sereine.

Le conseil départemental a choisi, parmi les bâtiments qui lui appartiennent, la caserne de Sens pour créer un nouveau lieu d’accueil pour les mineurs non accompagnés. « Les 100 places de Guillaudot, à Rennes, sont pleines. On ne peut pas laisser ces jeunes. Ils doivent être mis à l’abri comme tout moins de 18 ans, c’est le principe de la protection de l’enfance », rappelle Véra Briand, vice-présidente en charge de cette compétence au conseil départemental.

« C’est humain de se poser des questions »

Des travaux vont débuter dans le bâtiment et les maisons adjacentes. « Pas pour en faire un hôtel cinq étoiles, mais une mise aux normes en termes de sécurité », insiste Jean-Luc Chenut, le président du Département. « Vérifier le système de chauffage, l’électricité, aménager les espaces pour laver son linge, manger, dormir », liste Véra Briand. Ce sont 24 personnes de différentes nationalités qui seront hébergées à Sens.

Le choix d’un prestataire est en cours. C’est lui qui aura la charge d’entourer ces jeunes. Ce sera le même principe de fonctionnement que Rennes. « Les travailleurs sociaux travailleront avec chacun d’eux pour qu’ils puissent se projeter dans une nouvelle vie. Ça passe par la maîtrise du français, la recherche d’une formation professionnelle, les gestes du quotidien  comme prendre le bus  comme tous Bretilliens de 15 ans », poursuit l’élue.

Pratiquement, le centre n’ouvrira peut-être pas avant juin, à l’heure où sonne bientôt la fin de l’école. « On sait que le calendrier tombe comme ça, mais on anticipe. Ils ne seront pas désoeuvrés pendant deux mois. »

Depuis le début de ce projet, le Département est en lien avec la commune. « On communique bien, confirme Yves Colombel, le maire. On est encore un peu tôt dans le calendrier, mais dès que l’arrivée des jeunes sera proche, on en parlera. »

Quand la caserne Guillaudot a ouvert à Rennes, les élus sont allés à la rencontre des habitants voisins. « C’est humain de se poser des questions et d’avoir peut-être des inquiétudes, constate Véra Briand. On est là pour répondre aux questions et inviter à la rencontre. »

Pour l’instant, il n’y a pas de réunion prévue à ce sujet à Sens, mais le Département et la mairie sont partants si le besoin se fait sentir. « Mais il ne faut pas être maladroit et stigmatiser ces jeunes avant même qu’ils arrivent », temporise le maire.

Le Front national a glissé dans des boîtes aux lettres du bourg un tract criant au scandale, incitant la population à signer une pétition contre la venue des mineurs isolés. Le morceau de papier n’a pas mis le feu dans les esprits des Sénonais. Au café, dans les rues, l’état d’esprit est au réalisme.

« Ce n’est pas le fait d’ouvrir des centres qui font venir les gens. Ils sont là et la dignité humaine nous pousse à ne pas fermer les yeux », analyse Véra Briand.

« Il nous faut aider, c’est normal », confirme le maire, qui l’a clairement exprimé lors du conseil municipal de mardi soir.                              Karin Cherloneix           Publié le 

 

Au conseil : festival, subventions et accessibilité

Les conseillers municipaux réunis mardi ont voté les subventions aux associations. Parmi les autres dossiers au menu des élus, les travaux d’accessibilité.

Projet de festival

En avant-première du conseil, Michel Seib de l’association les jardins partagés, a présenté le projet du futur festival Carambole, envisagé autour de l’étang de la commune le 3 juin prochain. L’occasion de formuler les demandes d’autorisations nécessaires et solliciter une subvention.

L’idée a plu à l’ensemble des conseillers et le maire Yves Colombel y est plutôt favorable ; la demande sera donc examinée en commission et votée au prochain conseil.

Attribution des subventions

ACCA – intervention piégeage des ragondins : 176,60 € ACSE. 175 : 507,40 €, APEL : 802, 24, Amicale Laïque : 1 055,12 €, CES Amand Brionne de Saint-Aubin-d’Aubigné fo : 78,15 €.

CES Saint-Michel de Saint-Aubin-d’Aubigné, foyer So : 78,15 €, Comice agricole du canton : 1 192,39 €, Comité des fêtes : 939,89 €, ; feu d’artifice : 1 429,12 €.

Dièse et bémol : 109 €, ESSC : 2 049,80 €, ESVVG : 938,23 €, Prévention routière : 78,15 €, Sens culturel : 1 537,72 €. Total des subventions attribuées : 7 867,04 €. Total des subventions attribuées aux écoles : 103 622 €.

Travaux d’accessibilité

Les travaux d’accessibilité ont été abordés : rampe d’accès à la mairie pour la somme de 40 500 € dont une subvention attendue de 13 500 € par la DETR (dotation équipements territoires ruraux).

Au cimetière, les allées en gravier sont impraticables aux personnes à mobilité réduite ou en fauteuil, d’où un enrobage prévu sur les allées principales dont le coût s’élèverait à 53 255 €, dont 30 % de subvention soit 14 000 €.

Le conseil en bref

Le maire a demandé une étude sur le renouvellement urbain de la place de la gare : comment aménager un si bel espace ? Un sujet qui sera revu par la suite.

Roselyne Rousseau, adjointe à l’enfance, a annoncé le renouvellement de l’opération argent de poche, qui a très bien fonctionné l’année dernière, et propose de l’étendre aux petites vacances.

Enfin, quelques questions diverses au sujet du devenir de l’ancienne gendarmerie et l’arrivée des migrants mineurs ? Le maire n’est pas encore en mesure de donner des réponses puisque c’est le département qui gère ce bien, « il n’y a pas de raison de s’inquiéter, il nous faut aider, c’est normal ! » a conclu le maire. D’autres conseillers notent qu’il n’y a pas de mouvement d’opposition significatif.

 

Aurélien Michel propose ses services multiples

AM 35 Services, c’est sous cette enseigne qu’Aurélien Michel a installé sa petite entreprise récemment. Âgé de 39 ans, il se reconvertit dans les services à la personne.

« Mes activités tournent autour de la location de vaisselle pour des repas, du verre à l’assiette en passant par tous les ustensiles de réception, même un percolateur à café et une friteuse. Le client peut rendre la vaisselle propre ou lavée, les tarifs sont adaptés », précise le nouveau chef d’entreprise.

Un chapiteau de 6 m x 12 m (environ 90 couverts) est disponible également. Aurélien propose un coup de main pour le jardin, tonte de pelouses et taille de haies.

En bricolage : le montage et démontage de meubles. La livraison de courses et la location d’une voiture frigorifique ; les jeux de bois sont également disponibles à la location pour les après-midi festifs. « Je vais adapter le matériel en fonction des besoins, selon la demande ! »

Contact : AM 35 Services. Am35services@gmail.com et 06 64 22 47 52.

Onze enfants seront les nouveaux élus municipaux

Les élections pour le conseil municipal des jeunes ont eu lieu vendredi après-midi 2 février. 129 enfants de CE2, CM1 et CM2, des deux écoles, étaient inscrits, 40 sont venus voter.

« Ah, seulement 40 ? » s’est exclamé le maire Yves Colombel. Il faut préciser que beaucoup de parents ne sont pas forcément disponibles à cet horaire pour accompagner leurs enfants.

Cela n’a pas empêché les candidats d’obtenir assez de voix pour continuer l’aventure. L’élection du maire aura lieu vendredi 9 février à 18 h 30, et le nouveau conseil est déjà invité à se présenter au prochain conseil municipal du mardi 6 mars

 

                                              Gérard Morel reste président d’Amitiés sénonaises

Avec plus de 160 adhérents, le club des Amitiés sénonaises se porte bien. Le bureau a été élu mardi 30 janvier, avec Gérard Morel pour président. Bernard Louapre est vice-président, Jacques Benner est secrétaire avec Jocelyne James pour adjointe. Jeannine Renault est trésorière aidée par Colette Journois, adjointe. Un nouveau membre est entré au conseil d’administration, Daniel Pierre.

« Les rencontres ont lieu les 2es et 4es mardis du mois : jeux de cartes et de sociétés, palets, échanges divers. Des animations extérieures jalonnent l’année : repas de tous les clubs du secteur le 1er mars à Melesse. La visite de l’usine des Tricots Saint-James, le 22 mars. L’excursion à Villedieu pour visiter la fonderie de cloches, le 15 mai. Puis une croisière sur l’Erdre avec repas sur le bateau sera au programme, avant la fête de l’amitié Gémouv le 12 juin, à Saint-Aubin-du-Cormier » précise Jacques Benner le secrétaire.

Contact : Jacques Benner au 02 99 39 52 57.          

 

 

                                                                                                                                                                    Neuf Sénonais formés aux gestes qui sauvent

Vendredi soir 26 janvier 2018 , en présence du maire Yves Colombel, Marie, Émilie, Tatiana, Stéphanie, Florence, Léana, Aurélia, Chrystèle et Joris, ont reçu leur certificat de compétences de citoyen de sécurité civile, PSC 1 (prévention et secours civiques), à l’issue d’une formation dispensée par le lieutenant Jean-Luc Pigeon, formateur à l’UDSP 35 (union départementale des sapeurs pompiers).

Il est toujours possible de s’inscrire aux prochaines formations et ainsi accéder aussi, au PSC 1, pour connaître et apprécier les gestes qui sauvent, auprès de Jean-Luc Pigeon au 06 88 59 77 73, pour Sens-de-Bretagne et communes riveraines.

Le stage a lieu un samedi de 8 h 30 à 17 h, par sessions d’une dizaine de participants, dans la salle Anima’ Sens, située derrière l’église.

 

 

                                                                              La 1re édition du festival Carambole aura lieu en juin 2018

Afin d’organiser un festival culturel, l’association Le Jardin partagé s’investit actuellement dans la création d’une première édition. Le festival portera le nom de Carambole. Une journée festive, 100 % cultures, est prévue, dimanche 3 juin, autour de l’étang. Différentes formes de cultures sont prévues durant cette journée.

La culture de la terre : marché aux plantes et producteurs locaux, troc de graines, brocante d’outils verts, animation jardinage, permaculture, balade champêtre.

La culture de l’humain : arts et découvertes, espace création, atelier land-art, espace lecture, espace bien-être, atelier sophrologie.

Il y aura aussi de nombreux ateliers ludiques : artistiques, interactifs, écocitoyens, spectacles familiaux et musicaux. Les organisateurs recherchent toujours des idées, des envies, des amateurs, des professionnels et des motivations.

Dimanche 4 février, à 10 h, prochaine réunion, ouverte à tous, à la salle multisport, près de la salle des fêtes. Contacts : Nicolas Chapron au 06 09 11 84 33 ou Michel Seib 06 71 75 90 56.Festivalcarambole35@gmail.com

 

 

 

                                                                                           Le 1 février 2018           

La compagnie OOO (Ouvrez l’Oeil et l’Oreille) est composée de deux artistes : Hélène dessine, peint, scotche, découpe, déchire les couches de papier de son chevalet géant, tandis que Xavier joue du violon, le retourne et le détourne pour composer les musiques.

Suspendu au pinceau de l’une et à l’archet de l’autre, le spectateur découvre et contemple une histoire qui se crée sous ses yeux et dans ses oreilles. Le spectacle La Tortue est une adaptation de la nouvelle éponyme de José de Almada Negreiros. Il raconte l’histoire d’un homme « absolument maître de sa volonté » qui recherche obstinément une tortue. Ce court récit, à la fois absurde et malicieux, plonge le spectateur dans un univers étrange et contemplatif.

Samedi 10 février, à 15 h, au centre culturel. À partir de 5 ans. Gratuit.

 

 

 

                                                                                         Le 30 janvier 2018

La troupe de théâtre s’est trouvé un nom. Après leur première saison théâtrale, en 2017, les joyeux drilles remontent sur les planches sous le nom des Pendrillons.

L’initiative

Après leur exploit en 2017, de jouer la comédie de Francis Joffo Quelle famille en six mois de préparation, la troupe de théâtre, ressuscitée après vingt ans de « relâche », à l’initiative de René Voisin et Jean-Louis Carré, deux des acteurs de l’époque, une nouvelle comédie est déjà en préparation : À la monnaie du Pape, de Louis Velle, en quatre actes, sera proposée fin mars. Ils seront huit comédiennes et comédiens, avec une recrue, Serge Garnier, qui a rejoint l’équipe.

Mais auparavant, la troupe, sous le couvert de l’Entente sénonaise, sport et culture (ESSC) a voulu se démarquer en se trouvant un nom. « Chacun devait émettre une idée sur le futur nom et nous avons opté pour Les Pendrillons, mot qui désigne les rideaux de théâtre, souvent en velours noir, disposés en épi de chaque côté séparant les coulisses de la scène, et font passer de l’ombre à la lumière », explique René.

« Le rire est tellement bénéfique »

Le choix de jouer à nouveau une comédie est allé de soi. « Le public est demandeur, le rire est tellement bénéfique ! »

Gérard Talbot est enthousiaste, lui qui n’était jamais monté sur les planches, il avoue tout sourire : « J’y ai pris goût. Avec mon épouse Marie-Andrée, actrice très motivée, nous répétons tous les soirs ! »

Comme ses camarades de jeu, il a encore quelques semaines pour apprendre à fond son rôle. L’histoire de À la monnaie du Pape se passe à Paris, quartier de Montmartre, au premier étage d’un immeuble qui abrite au rez-de-chaussée, un magasin d’objets de piété, géré par les époux Lemerlet, aidés dans leur tâche par leur fille, la soeur de monsieur Lemerlet et le frère de madame.

Un éditeur peu scrupuleux, fait entrer un jeune écrivain de ses protégés, comme son neveu étudiant, afin qu’il écrive une oeuvre satirique sur le milieu social de la famille commerçante qui l’accueille… La suite promet une quantité de quiproquos désopilants.

Samedi 24 mars, à 20 h 30, dimanche 25 mars, à 15 h, à la salle des loisirs. Samedi 7 avril, à 20 h 30, et dimanche 8 avril, à 15 h, à la salle des fêtes de Vieux-Vy-sur-Couesnon 2018

 

 

 

                                                        Solidaire, l’Ehap des Vergers se mobilise , Mardi 30 janvier 2018

Mardi, le mouvement des personnels a été très suivi, par solidarité avec l’ensemble des Ehpad (Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) du territoire. Ils ont assuré leur service, vêtus d’un gilet rouge ou jaune portant leurs revendications.

Ils se sont rassemblés à 14 h, devant l’établissement, en compagnie de la direction, solidaire, le temps d’une photo pour marquer cette journée nationale et exprimer leur mécontentement.

Gaëtan Busnel, membre de la délégation unique du personnel et porte-parole, a présenté la lettre écrite pour la ministre de la Santé, dans laquelle il signale « les manques de moyens humains pour mener à bien la lourde tâche qu’est la leur et de temps pour accompagner les résidents de plus en plus dépendants, et garantir la qualité des soins ».

Ils ont été aussi soutenus par les résidents.

 

 Samedi 20 janvier 2018   

La présidente de l’Union des combattants, Yvette Buisson, avait convoqué, samedi après-midi, les membres de l’association pour faire le bilan de l’année écoulée et former le bureau. Elle reste présidente, assistée de Jean-Claude Galesne, vice-président ; Marcel Jeusset, secrétaire, avec Jeanine Noêl pour adjointe ; Raymond Battais, trésorier ; Albert Guiton et Émile Milet sont les porte-drapeaux.

Le maire, Yves Colombel, est venu se joindre au groupe pour la remise des médailles du mérite UNC à Jean-Claude Galesne, Albert Guiton et Émile Milet pour leur dévouement depuis des années au service de l’association.

 

 John Fletcher inaugure le premier café philo 2018

C’est au philosophe écossais John Fletcher que revient l’animation du premier café philo de l’année. « Il cheminait vers Compostelle et afait halte jusqu’au lendemain dans ma maison, explique Alain Jamet, l’organisateur. C’est pendant le dîner que nous avons défini le thème du café philo de janvier : les dépendances de toutes sortes ! John a connu lui-même une forte addiction, dont il a tiré des enseignements qu’il a à coeur de transmettre. »

John Fletcher vit depuis plusieurs années à Sant’Ibanez et Alto, petit village de l’Extramadure, près de la frontière portugaise. Il viendra partager sa sagesse avec tous ceux qui voudront se joindre aux amis fidèles des soirées chez Guillaume.

Jeudi 25 janvier, à 20 h, au bar le Sens’Soif, 8, rue Saint Nicolas. Contact : 06 07 85 78 61

 

  Des mineurs étrangers à l’ancienne gendarmerie

article du 19 janvier 2018

Le Département va l’aménager pour accueillir des Mineurs non accompagnés. Ils seront une vingtaine à être hébergés, encadrés par des travailleurs sociaux.

Le projet

Compétent en matière de protection de l’enfance, le Département a aussi la charge d’assurer l’accueil des Mineurs non-accompagnés (MNA) étrangers. Ceux que l’on appelait auparavant les Mineurs étrangers isolés sont de plus en plus nombreux à arriver en Ille-et-Vilaine. Âgés entre 13 et 18 ans, ils viennent le plus souvent d’Afrique (de Guinée, notamment) ou de plus loin encore (Afghanistan, Bangladesh), fuyant des pays en guerre pour rejoindre l’Europe.

24 jeunes, en mai

« Le défi pour nous, c’est de trouver des sites d’accueil », explique Vera Briand, la vice-présidente du Conseil départemental en charge de la protection de l’enfance. Le plus gros d’entre eux se situe dans le centre-ville de Rennes, dans l’ancienne de caserne de gendarmerie Guillaudot.

Ouvert l’été dernier, ses 100 places sont déjà occupées. « Nous nous orientons désormais vers des lieux de plus petite dimension, avec une vingtaine de places », ajoute l’élue.

C’est le cas à Sens-de-Bretagne, où un site d’accueil va être aménagé dans l’ancienne gendarmerie, dont les murs appartiennent au Département. Avant tout, il faudra effectuer des travaux de mise aux normes. L’équipement devrait ouvrir à l’approche de l’été, au mois de mai.

«Il pourra accueillir 24 jeunes, pour une période transitoire de six mois pendant laquelle on va les accompagner pour les orienter ensuite vers un projet de vie. Ils iront à l’école pour apprendre le français, suivront une formation, etc. » Sur place, ils seront encadrés par des travailleurs sociaux.

Le choix de la commune s’est fait longtemps en amont. « Il y a eu des échanges avec le maire depuis plus de six mois. Un engagement a été pris par le Département d’accompagner cette opération et de bien la préparer », assure Véra Briand.

Ce n’est pas le seul type d’accueil. Des Mineurs non-accompagnés sont également dirigés vers des familles d’accueil, des foyers… Mais l’ouverture de centres devient nécessaire, face à l’afflux de ces jeunes venus de l’étranger. « Après Rennes et Sens-de-Bretagne, un troisième devrait ouvrir d’ici la fin de l’année en Ille-et-Vilaine, dans une commune qui reste à définir », indique Vera Briand. Là encore, une structure de petite dimension, pouvant accueillir une dizaine de jeunes.

Le Front national a fait part de sa vive inquiétude face à l’arrivée de ces mineurs étrangers, jusque dans les zones rurales. « Le FN cumule les mensonges, les amalgames grossiers et induit à dessein l’opinion en erreur, réagit la vice-présidente du Conseil départemental.L’accueil de ces mineurs ne saurait souffrir d’un clivage artificiel entre ville et campagne: les villes prennent toute leur part dans l’accueil. Il est légitime que les territoires ruraux contribuent eux aussi, à la hauteur de leurs capacités. »

 

« Cet accueil n’a aucun coût financier pour la commune »

Article du 19 janvier 2018

Yves Colombel, le maire de Sens, n’a pas eu le choix. Le Conseil départemental l’a prévenu dès cet été de l’arrivée de mineurs non accompagnés dans sa commune en 2018. L’ancienne gendarmerie leur appartient. « Et quand on voit tous ces jeunes dans la détresse, on ne peut pas fermer les yeux, commente l’élu. Cet accueil n’a aucun coût financier pour la commune. »

Le site est constitué d’un grand terrain, d’un bâtiment qui renfermait les bureaux, de quatre maisons anciennes et d’une plus récente où logeaient les gendarmes et leur famille. « Spontanément, on a été un peu déçu, car on avait revendu ce lieu au Conseil départemental qui avait le projet d’en faire des logements sociaux. On nous a promis que l’idée n’était pas abandonnée, mais ajournée. »

Le maire a eu l’assurance que ces mineurs seront entourés 24h/24 par Coallia, prestataire habitué à ces accueils spécifiques. « On va voir avec les professionnels de l’enfance quand ils seront installés, mais pourquoi ne pas faire des choses ensemble ? Une habitante nous a déjà proposé quelques idées. »

                                                                                              Près de Rennes. L’ancienne gendarmerie accueille des mineurs étrangers

A Sens-de-Bretagne, au nord de Rennes, le Conseil départemental d’Ille-et-Vilaine, va aménager l’ancienne gendarmerie pour accueillir des Mineurs non accompagnés. Ils seront une vingtaine à être hébergés, encadrés par des travailleurs sociaux.

Compétent en matière de protection de l’enfance, le Département a aussi la charge d’assurer l’accueil des Mineurs non-accompagnés (MNA) étrangers. Ceux que l’on appelait auparavant les Mineurs étrangers isolés sont de plus en plus nombreux à arriver en Ille-et-Vilaine.

Des jeunes âgés de 13 à 18 ans

Âgés entre 13 et 18 ans, ils viennent le plus souvent d’Afrique (de Guinée, notamment) ou de plus loin encore (Afghanistan, Bangladesh) fuyant des pays en guerre pour rejoindre l’Europe. « Le défi pour nous, c’est de trouver des sites d’accueil », explique Vera Briand, la vice-présidente du Conseil départemental en charge de la protection de l’enfance.

Déjà un gros centre d’accueil à Rennes

Le plus gros d’entre eux se situe dans le centre-ville de Rennes, dans l’ancienne de caserne de gendarmerie Guillaudot. Ouvert l’été dernier, ses 100 places sont déjà occupées. « Nous nous orientons désormais vers des lieux de plus petite dimension, avec une vingtaine de places », ajoute l’élue.

« Les orienter vers un projet de vie »

C’est le cas à Sens-de-Bretagne, où un site d’accueil va être aménagé dans l’ancienne gendarmerie, dont les murs appartiennent au Département. « Il pourra accueillir 24 jeunes, pour une période transitoire de six mois pendant laquelle on va les accompagner pour les orienter ensuite vers un projet de vie. » Sur place, ils seront encadrés par des travailleurs sociaux.

En concertation avec le maire

Le choix de la commune de Sens-de-Bretagne s’est fait longtemps en amont. « Il y a eu des échanges avec le maire depuis plus de six mois. Un engagement a été pris par le Département d’accompagner cette opération et de bien la préparer », assure Véra Briand.

Un troisième lieu d’accueil d’ici la fin 2018

« Après Rennes et Sens-de-Bretagne, un troisième devrait ouvrir d’ici la fin de l’année en Ille-et-Vilaine, dans une commune qui reste à définir », indique Vera Briand. Là encore, une structure de petite dimension, pouvant accueillir une dizaine de jeunes.

Le Département répond au Front national

Le Front national a fait part de sa vive inquiétude face à l’arrivée de ces mineurs étrangers, jusque dans les zones rurales. « Le FN cumule les mensonges, les amalgames grossiers et induit à dessein l’opinion en erreur, réagit la vice-présidente du Conseil départemental. L’accueil de ces mineurs ne saurait souffrir d’un clivage artificiel entre ville et campagne : les villes prennent toute leur part dans l’accueil. Il est légitime que les territoires ruraux contribuent eux aussi, à la hauteur de leurs capacités. »

 

 

                                                 De nombreux aménagements à l’Ehpad des Vergers

Article du 15 janvier

Amand Ferron, président du conseil d’administration de l’Ehpad et Gaëlle Sanson, directrice, avaient invité les résidents à partager la galette des rois, vendredi après-midi, en compagnie du maire et du Père Baron, curé de la paroisse.l’occasion d’énoncer les projets nombreux de 2018.

« Nous procéderons à la mise en place de rails de transfert du lit à la chaise mobile, destinés au déplacement des résidents à mobilité très réduite et améliorer les conditions de travail des salariés , a déclaré Amand Ferron. « Cet investissement est estimé à 100 000 €, nous avons demandé une subvention de la Carsat. »Il sera installé un tapis de marche dans le projet animation, pour le maintien de l’autonomie ; la création d’un espace fleuri, en extérieur, pour semer des fleurs à couper, offertes aux résidents.Il est prévu également la réhabilitation d’une pièce qui sera transformée en salle de rééducation, sous le contrôle des kinés et animatrices pour des séances de gym douce.

 

2018 sera encore une année de travaux

Le maire Yves Colombel a présenté ses voeux à ses administrés, samedi.

Les projets ne manquent pas

Continuer la rénovation du réseau d’eaux usées est une priorité ; de même les travaux d’accessibilité à la mairie, aux toilettes publiques, à la salle des loisirs et au cimetière, une demande de subventions a été décidée.

Une étude d’effacement des réseaux (téléphone, électricité, éclairage public) rue et résidence de la Madeleine est en cours ; les travaux démarreront en fin d’année après la réfection des réseaux d’eaux usées et pluviales, suivront les travaux de sécurité et du chemin piéton.

La rénovation de l’éclairage public est prévue. Les plantations d’arbres fruitiers dans les espaces publics seront poursuivies.

Les temps périscolaires

Malgré la possibilité de revenir à la semaine de 4 jours de classe dès la rentrée 2017, le conseil municipal avait décidé de se donner le temps de la réflexion. Un questionnaire a été envoyé aux familles, avec un pourcentage important de retours (80 %). Il a été décidé d’attendre la rentrée 2018-2019.

« Cette expérience des Tap aura été enrichissante pour nous organisateurs, et pour les enfants, mais j’aurais préféré que cette décision soit nationale, ou au moins départementale », a souligné le maire.

Urbanisme

Il ne reste que 25 à 30 terrains disponibles dans les lotissements, et le lotissement communal Les cerisiers est entièrement vendu. Deux autres lotissements privés d’environ 15 lots chacun, sont en cours de commercialisation.

« Espérons que ces nouvelles constructions amènent une population avec de jeunes enfants, afin de remplir à nouveau nos classes (une fermeture en 2017) ! Un autre gros projet qui va démarrer en 2018, objectif ouverture 2019 : l’extension de la maison médicale, le nouveau médecin y est installé et il n’y a plus de cellule disponible ».

Un conseil municipal des jeunes

Il sera mis en place en tout début d’année, les élections se dérouleront le vendredi 2 février.          Publié le 

 

2017

 

La Prévention routière invite les classes de CM2

Durant deux jours, la salle des sports, transformée en circuit routier, recevait les classes de CM2 des écoles publiques et privées des communes de Gahard, Sens et Vieux-Vy-sur-Couesnon.

Il y avait deux épreuves à passer, à vélo, pour tous les élèves, sur des circuits délimités par des panneaux routiers, des lignes blanches et des ronds-points, sous la houlette de l’adjudant Philippe Folliot et du gendarme Philippe Marchix. Les erreurs, les fautes commises, ont été relevées grâce au numéro du gilet porté par le participant.

Les enfants ont reçu conseils et remarques sur la bonne attitude à avoir. C’est du sérieux ! Tandis que dans la salle attenante, une autre épreuve les attendait : un questionnaire relatif à la sécurité et à la conduite à vélo, à la bonne connaissance de la signalisation.

Un certificat ou permis vélo sera attribué aux mieux notés.                                                                                              Publié le 

 

 

 

 

 

 

Remise de médailles – Chronique du 01-12-2014

Hommage à Albert Jacquart (café philo avec Hélène Amblard) – Chronique du 28-11-2014

Concert avec l’Opus St-Ouen + Céremonie du 11 novembre- Chronique du 27-11-2014

A Sens, c’est à chacun son adresse – Chronique du 20-11-2014

Inauguration du multi-accueil Ty marmots avec 28 places (Communauté de Communes) – Chronique du 13-11-2014

L’ESVVG a reçu de nouvelles vestes + Inauguration de l’aire de jeux multi-sports – Chronique du 13-11-2014

La cantine municipale à rouvert – Chronique du 12-11-2014

Ouverture de l’atelier multi-instruments + Spectacle pour les enfants au centre culturel – Ouest France du 11-11-2014

Trophée d’argent Label adresse – Ouest France du 10-11-2014

Un nouveau chef au centre de secours – Chronique du 06-11-2014

Des ateliers contre les risques de chute (personnes âgées) – Chronique du 23-10-2014

La cantine de Sens prête après la Toussaint (travaux) – Chronique du 09-10-2014

272 écoliers en 12 classes (école publique) – Chronique du 02-10-2014

Des aides pour rénover les logements anciens (habitat) – Chronique du 25-09-2014

La voie de contournement en chantier pendant 2 mois (travaux) – Chronique du 18-09-2014

La rentrée de Dièse et Bémol (musique) – Chronique du 28-08-2014

Un été bien rempli pour l’accueil de loisirs ( jeu Marsupilami) – Chronique du 14-08-2014

La mobilisation de 1914 commémorée – Chronique du 07-08-2014

Pique-Nique organisé par l’accueil de loisirs : Chronique du 31-07-2014

Musique : Dièse et Bémol – Chronique du 26-06-2014

Vide grenier + tournoi de jeunes avec l’ESVVG réussis – Chronique du 19-06-2014

Le grand succès de la Fest Yves – Chronique du 22-05-2014

Fête de Pâques : Le cyclisme à l’honneur – Chronique du 24-04-2014

Les classes 4 – Chronique du 24-04-2014

Cyclisme au menu du week-end (fêtes de Pâques) – Chronique du 17-04-2014

Noces d’or des époux Davet – Chronique du 10-04-2014

23 élus, un maire, 5 adjoints (conseil municipal) – Chronique du 03-04-2014

Café philo : on phosphore (Sens Soif) – Chronique du 27-03-2014

Le CCAS de Sens réunit les aînés – Chronique du 06-03-2014

Au menu cette année (comité des fêtes de Pâques à Noël) – Chronique du 20-02-2014

Cinq agents qui comptent (recensement, combien d’habitants) – Chronique du 16-01-2014

Les gagnants de l’Union commerciale récompensés – Chronique du 16-01-2014

Les grands chantiers 2014 (municipalité) – Chronique du 16-01-2014

Yves Colombel présente ses colistiers (municipales 2014) – Chronique du 09-01-2014

L’arrivée du Père Noël – Chronique du 26-12-2013

ESVVG : Des maillots pour les jeunes – Chronique du 19-12-2013

Nouvelle propriétaire au 8 à huit + UNC : Yvette Buisson récompensée – Chronique du 19-12-2013

Café philo : Une soirée sur « le sens de la vie » ( Sens Soif) – Chronique du 31-10-2013

Fest-Noz : 3 groupes avec Seno Breizh + Opération « rentrée » avec les commerçants : les gagnants récompensés – Chronique du 21-10-2013

Espace multi-sports installé au stade Emile Logeais + Une exposition éphémère : Grande Lessive à l’école – Chronique du 21-10-2013

Stage de musique (vacances de la toussaint) – Chronique du 17-10-2013

Les retraités de la Gendarmerie réunis – Article du 10-10-2013

Une nouvelle équipe d’animation à l’accueil de loisirs – Chronique du 26-09-2013

Nouvelles activités souhaitées (associations) – Chronique du 12-09-2013

Noces de diamant des époux Guilleux – Chronique du 29-08-2013

Tracteur Pulling : 30 participants et environ 10 000 spectateurs – Chronique du 15-08-2013

Plus de 80 enfants à l’accueil de loisirs – Chronique du 08-08-2013

Le lait bio fêté à la ferme + Sécurité routière : 75 écoliers sur la piste – Chronique du 20-06-2013

Tournoi de Noël au tennis club – Chronique du 03-01-2013

Une nouvelle animation à la Bibliothèque (contes) – Chronique du 11-10-2012

De nombreux travaux prévus (voeux) – Chronique du 20-01-2011